Arrachage de la Jussie

Cours d’eau (rivières, fleuves), Flore, Meurthe-et-Moselle, Plans d’eau

Nouvelle campagne de prospection et d’arrachage de la Jussie en vallée de la Moselle

par Pascale RICHARD — 24.08.2020

Une nouvelle station de Jussie à grandes fleurs a été découverte en 2019 à Roville-devant-Bayon, en vallée de la Moselle par la FDAAPPMA 54. Grâce à la mobilisation et à la réactivité de nombreux partenaires (FDAAPPMA 54, PLCBNNE, AFB/OFB, DDT 54, DREAL Grand Est, VNF), une opération d’urgence visant son élimination a pu être menée quelques semaines seulement après son signalement.

Ainsi, une campagne de prospection couplée à l’arrachage manuel des pieds de Jussie (à l’aide d’une fourche bêche) a pu être conduite en un temps record (du 30 septembre au 21 octobre 2019) et ce avec le concours d’une entreprise compétente (SW Environnement). Cette opération a permis de réduire largement ce foyer émergent de Jussie.

En 2020, une nouvelle campagne de prospection / arrachage a été réalisée le 7 juillet. Deux agents de l’OFB, la référente EEE du CBNGE Pôle Lorrain, deux techniciens de la FDAAPPMA, quatre agents de VNF, un bénévole et l’animatrice N2000 Vallée de la Moselle du CEN Lorraine se sont donc donné rendez-vous à Roville-devant-Bayon pour une journée consacrée à la recherche de Jussie et à son arrachage. Quatre équipes, réparties sur l’ensemble de la zone « contaminée » et pourvues d’un GPS et de fourches bêches, ont ainsi parcouru près de 6 km de ruisseau et de berges de plan d’eau. Tous les pieds ou stations de Jussie observés ont été géolocalisés au GPS avant d’être arrachés.

Cette campagne a mis en évidence deux nouvelles importantes stations de Jussie, dont l’une localisée sur un plan d’eau qui a dû être manqué en 2019. L’importante densité de Jussie observée sur ce plan d’eau nécessitera une intervention plus lourde et ciblée avant l’hiver. Malgré une présence encore marquée de la Jussie en 2020, le volume de Jussie collecté au cours de cette journée est sensiblement plus faible qu’en 2019 (de 12 m3 en 2019 à ½ m3 en 2020), démontrant l’efficacité de l’intervention d’urgence menée en 2019.

La persistance de l’espèce nécessite néanmoins encore une vigilance particulière et d’autres campagnes d’arrachage pour les années à venir.

Ces articles pourraient vous intéresser